Politique

L’écrivain français Thomas Dietrich témoigne sa solidarité au peuple togolais en lutte

 

Les peuples, surtout africains en lutte pour la conquête de plus d’espace de liberté et de démocratie, ne peuvent vivre en autarcie. Ils ont nécessairement besoin des soutiens extérieurs bien que la grande partie du « job » doit se faire par eux-mêmes. Aussi est-il évident que les causes de ces peuples qui croupissent sous des dictatures féroces, sont souvent méconnues par les militants pro-démocratie occidentaux qui prennent sur eux de mener des plaidoyers auprès des instances décisionnelles.  Malgré leur volonté, leurs actions restent superfétatoires. Cette situation pousse quelques-uns à descendre sur le terrain pour s’imprégner des actions menées par ceux qui subissent de plein fouet les affres des dictatures. C’est le cas de l’écrivain et militant pro-démocratie français Thomas Dietrich qui a initié une tournée africaine qui l’a conduit au Togo. Il était accompagné par Makaila Nguebla, journaliste tchadien réfugié en France, militant contre le régime d’Idriss Deby.

Lors de son séjour à Lomé, il a effectué plusieurs rencontres d’échanges aussi bien avec les leaders politiques de l’oppositions que des acteurs importants de la société civile. Les discussions ont notamment tourné autour de la lutte du peuple togolais qui a pris une nouvelle tournure depuis le 19 août 2017. « Nous avons échangé avec des leaders comme Nathaniel Olympio du Parti des Togolais, Mme Brigitte Adjamagbo, Coordinatrice de la C14, le leader de l’ANC Jean-Pierre Fabre et quelques responsables de Togo-Debout. Nous avions eu de fructueux échanges avec nos interlocuteurs qui nous ont expliqué la complexe crise togolaise qui perdure depuis plusieurs décennies. Il était important pour nous de descendre sur le terrain pour constater nous-mêmes les efforts des combattants de la liberté afin de voir dans quelle mesure nous pourrions apporter notre modeste contribution pour faire aboutir cette lutte. Mais il est essentiel de retenir que 90% du travail doit se faire sur le terrain. Nous, à travers nos lobbyings et plaidoyers, on ne fera qu’appuyer ce qui se fait déjà. En gros, cette tournée avait pour but de nous montrer solidaire des peuples en lutte, et en particulier du peuple togolais, bien loin de tout esprit néocolonial. Nous entendons aussi dénoncer le soutien de l’UE et de la France à la dictature togolaise. », a souligné Thomas Dietrich. Les deux militants ont également pris part à la manifestation pacifique organisée par la société civile le 3 novembre 2018.

Thomas Dietrich a un attachement particulier pour l’Afrique et surtout les peuples en lutte pour la démocratie. Il est notamment auteur de deux romans sur l’Afrique (chez Albin Michel), et en tant que chroniqueur à Libération et à l’opinion, il dénonce à travers sa plume les dérives des dictateurs africains. Sur l’échiquier politique français, il est beaucoup plus proche de la France Insoumise. Après l’étape du Togo, les deux militants ont mis le cap sur le Burkina-Faso, avec à la clé d’autres rencontres. « A Ouagadougou, nous avons rencontré les acteurs de la société civile et notamment ceux de la grande révolution de 2014, en particulier le rappeur et leader du Balai Citoyen Smockey », a-t-il précisé.

L’écrivain revient cette semaine sur le continent noir avec une tournée au Gabon qui fait la une de l’actualité internationale ces jours-ci avec la longue absence d’Ali Bongo. Des rencontres sont prévues à son agenda.

Notons également que Thomas Dietrich connaît assez bien le Togo pour y avoir vécu dans son enfance puisque feu son père, le docteur Jean-Marie Dietrich (médecin généraliste) y a vécu pendant des années et a construit deux centres de santé dans la région de la  Kara.

Shalom A

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page