ActualitesLibertinage

Une médiation enrhumée ?

Le jeune président togolais est un grand facilitateur de tous les temps. Comme son pater, il n’hésite pas à prendre son bâton de pèlerin pour aller résoudre les crises sur le continent. Même s’il est constant que son propre le Togo a un Kilimandjaro de problèmes qu’il ne parvient pas à solutionner. Comme le dit l’adage, on n’est jamais prophète chez soi. S’il peut être une panacée pour les autres pourquoi pas. Et il le fait d’ailleurs « faure » bien.

On se rappelle tout le tintamarre et la propagande orchestrés par les vuvuzela suite à la libération de trois des 49 soldats-mercenaires ivoiriens arrêtés et écroués au Mali. Même si les autorités maliennes ont déclaré avoir libéré les femmes à titre humanitaire, du côté de Lomé, les troubadours au service de la dictature ont vite fait d’emboucher la trompette de la propagande pour annoncer aux quatre vents l’importantissime rôle joué par leur messie. A les en croire, la libération du reste du contingent devrait être comme une lettre à la poste. Vite fait.

Mais depuis la libération des trois soldats ivoiriens en début du mois, les lignes n’ont plus bougé. La méditation togolaise semble enrhumée. Le reste du contingent est toujours coincé entre les quatre murs à Bamako. Plus les jours passent et plus, la présidence ivoirienne s’agace. Elle hausse le ton contre Bamako. « C’est une prise d’otage ne restera pas sans conséquence », a musclé la présidence ivoirienne. Cette affaire sent le soufre.

Le grand médiateur, ayant visiblement perdu sa recette magique pour faire libérer les autres membres du contingent, Alassane a appelé le Secrétaire général des Nations « Inutiles » Antonio Guterres à la rescousse. Celui-ci a assuré le président ivoirien qu’il allait s’impliquer personnellement dans la résolution de cette crise, et ce, dans les meilleurs délais.

On espère que quand, ce sera fait, les griots de Faure Gnassingbé auront le triomphe modeste et n’iront pas clamer sur tous les toits que c’est leur champion qui a obtenu la libération des 46 soldats mercenaires ivoiriens. Je nous connais !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page