ActualitesLibertinage

Togo : Essayons aussi le Beach Soccer voir !

On a appris que la Fédération togolaise de football compte développer la pratique du Beach Soccer et, à termes, mettre en place une sélection nationale. L’instance dirigeante du football « gnassional » organise, à cet effet, un mini-tournoi d’exhibition. L’objectif, selon la Fédération, est d’implémenter la pratique du Beach Soccer et son développement au Togo, mais aussi former une sélection nationale de la discipline et ainsi engager le pays dans les éliminatoires de la CAN 2024.

Depuis qu’on a appris cette histoire, on s’est posé une tonne de questions. Dans quelle situation les gens veulent encore nous mettre ? On n’a pas encore fini de régler les problèmes de notre football, ni du basket encore moins du volleyball et voilà qu’on nous balance en plein visage le Beach Soccer.

Mais à tête bien reposée, on a compris la raison de cette nouvelle discipline. Comme on a échoué lamentablement à pratiquer les autres sport, peut-être qu’avec ça, on pourra réussir. Toutes les cérémonies ont été faites (veillées de prières, séances de délivrance intensive, visite dans les couvents, lavage avec les feuilles l’hysope, etc.) pour conjurer le mauvais sort sur le foot togolais, mais rien ne marche.

Non seulement le foot ne marche plus, mais la situation est encore pire pour les jeunes qui veulent faire carrière dans ce sport. Tenez, un joueur est annoncé en test récemment. L’information a été révélée par le chargé du club dans lequel le joueur est sociétaire au pays, mais aujourd’hui on apprend qu’en réalité le jeune n’a jamais quitté le pays. Un autre joueur parti aux premières heures du mercato après la fin du championnat est déjà de retour.  Apparemment il serait parti pour ne pas rester.

Si ce n’est pas les Eperviers qui perdent, ce sont les jeunes joueurs qui signent dans les  championnats bizarres-bizarres. Et les voilà champions pour des tests qui n’ont jamais réussi. Vous comprenez pourquoi la FTF veut essayer le Beach Soccer non ? Peut-être que c’est le gazon qui pose problème. Dans le sable, comme la plupart des terrains du pays, ils sauront adapter leurs jeux. On « ne sait pas jamais » !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page