ActualitesLibertinage

Il est temps de lever le genou du cou des Togolais

« Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19. Il n’y a pas d’autre choix ». Tels sont les conseils lumineux du Conseil scientifique, qui pour une fois, a eu un éclair de génie. C’est ce qu’on n’a pas cessé de répéter et de gongonner sur tous les toits. A force de répéter encore et toujours, ça a fini par pénétrer. Les restrictions coercitives imposées par les autorités pour les beaux yeux de l’occident n’ont visé qu’à malmener et le pays et les populations avec, éprouvées par la crise sanitaire. Des mesures qui ont eu des conséquences fâcheuses sur une économie moribonde.

Dans cette affaire de Covid-19, le gouvernement n’a cessé de montrer les biceps et les triceps comme s’il suffisait d’arroser le virus de grenades lacrymogènes comme ils savent si bien le faire pour que la maladie soit rayée de la Terre de nos aïeux. Les gouvernants sont allés jusqu’à inventer une curieuse stratégie à la Poutine basée sur la peur. « Nous devons commencer à faire peur », avait même musclé « Da Vodou » à qui ses contempteurs ont même prêté l’intention de vouloir avoir l’intention d’inoculer les vaccins périmés aux Togolais. En tout cas, ce virus a permis de connaître les tares et lacunes de nos gouvernants.

Aujourd’hui, le Conseil scientifique s’aligne sur ce que beaucoup d’observateurs n’ont eu de cesse de répéter, à savoir que la stratégie de lutte contre la crise sanitaire doit être essentiellement basée sur la sensibilisation, l’éducation au respect des mesures préventives (port de cache-nez, désinfection des mains, distanciation physique).

Mais ici au 228, comme ce régime vieux de 60 ans ne connait que le langage de la force, de la violence- c’est dans son ADN- a tout décidé par les muscles, par la force. Certains compatriotes ont même été battus à mort au nom du coronavirus.

« Le Togo ne pourra pas éternellement appliquer des restrictions sanitaires. Elles sont en place depuis 2 ans », écrit le site du gouvernement, republicoftogo. Le Pr Séraphin Adjoh, membre du Conseil va dans le même sens en admettant que le virus ne va pas complètement disparaitre. « L’évidence est qu’il faut passer en mode de comportements des grippes », consent-il. Que reste-t-il faire ? Lever le genou du cou des Togolais, c’est-à-dire lever les restrictions sanitaires pour permettre aux Togolais de respirer un peu.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page