ActualitesEditorial

Laurent Gbagbo, ce visionnaire

« Vous me combattez pour un homme que vous ne connaissez pas » (Laurent Gbagbo)

Laurent Gbagbo, connaissait-il mieux Alassane Ouattara que quiconque ? Etait-il dans le secret des dieux lorsqu’il se prononçait ? Les années ont passé, il se prépare à revenir dans son pays, mais ceux qui hier l’ont combattu de toutes leurs forces ne seront plus là pour lui dire qu’il avait raison.

Marcel Amon Tanoh et Albert Mabri Toikeusse ont vu leurs candidatures invalidées. Et pourtant, ils étaient aux côtés de Guillaume Soro pour soutenir Alassane Dramane Ouattara contre Laurent Gbagbo. Non seulement la candidature de Soro a été rejetée, mais l’homme est déclaré persona non grata en Côte d’Ivoire. Sur les ordres de Ouattara, Soro a été prié de quitter la France où il était exilé.

Quand on remonte dans le temps, en 2011, le Major IB (Ibrahim Coulibaly) tombait sous les balles des forces républicaines et de Soro. Il était pourtant un rebelle ayant combattu pour l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir.

Doit-on parler d’Hamed Bakayoko ? Mercredi 10 mars, le « Golden boy » comme certains l’appellent est aussi tombé, mort d’un « cancer foudroyant ». Une expression bizarre qui ne fait pas allusion à l’organe atteint. Comment peut-il en être autrement, le désormais feu Hamed Bakayoko n’ayant jamais fait mention d’une quelconque tumeur cancéreuse de quelque organe que ce soit dans son corps si trapu, si solide. Il était un des fidèles d’Alassane Ouattara.

Mais avant lui, il y a huit mois, c’était son prédécesseur, Amadou Gon Coulibaly qui trépassait. Plus fervent soutien d’Alassane Ouattara que lui, tu meurs !

Et pourtant, ils avaient été tous prévenus. Mais qui pouvait accorder du crédit aux propos prophétiques d’un président déchu ? « Vous me combattez pour un homme que vous ne connaissez pas. Vous allez me regretter un jour. Les plus chanceux d’entre vous seront jetés en prison et les plus malchanceux seront en prison ou en exil… ». Laurent Gbagbo avait seulement omis d’enfoncer le clou par : « les plus malchanceux seront en prison, en exil ou…à six pieds sous terre » !

Au moment où un énième serviteur de l’Ivoiro-burkinabè devrait se mordre les doigts, Alassane Ouattara en est à son troisième mandat. Lui qui avait promis et juré qu’il ne se représenterait pas pour le mandat de la honte, avait très vite ravalé son vomi et, par des entourloupes, justifié les raisons qui l’ont fondé à un rétropédalage. Comme quoi, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Mais Ouattara aurait-il un autre dauphin ? Bien sûr que oui ! Son frère direct, Téné Birahima Ouattara alias « Photocopie ». L’homme rampe vers son frère président. Quand et comment le duo s’y prendra pour propulser le jeune frère au-devant de la scène ivoirienne ? Le RHDP, ce parti qui sait avaler tout ce qui sort de la bouche de son président, connait la recette.

Godson KETOMAGNAN

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page