Politique

Sokodé/ Mort des deux militaires: Des tracts annonçant la vengeance sur les populations civiles


Sokodé est « minée » par des militaires. Il n’y a plus de doute là-dessus. Et les manifestations actuelles offrent aux militaires de Faure Gnassingbé, ministre de la Défense, l’occasion de perpétrer ce qu’ils voulaient faire depuis l’appel de leur mentor à Atakpamé qui promettait que les « auteurs » des assassinats des deux militaires seront retrouvés et chatiés.

A la veille du premier anniversaire du soulèvement du 19 août 2017, la vengeance s’était abattue sur les frères musulmans à travers leurs mosquées saccagées et brûlées. Passée cette date, les profanations avaient cessé. Aujourd’hui, l’organisation d’élections législatives frauduleuses offre une autre opportunité à l’armée, sous le commandement de son chef suprême, Faure Gnassingbé, de déverser sa colère sur les populations de la ville les deux militaires avaient trouvé la mort.

« Oeil pour oeil, dent pour dent. Qui a tué par l’épée périra par l’épée. Vaillants compagnons, votre assassinat ne restera pas impuni. Celui qui va se hasarder à pointer son nez dehors malgré l’interdiction de manifester paiera pour les autres. Que ceux qui ont des oreilles entendent ! Force à la loi. L’heure a sonné et les assassins ainsi que les commanditaires, qui sont bien connus, vont tous payer. Leurs épouses paieront ! Leurs enfants paieront ! Leurs père et mère paieront ! Leurs frère et sœurs paieront de leur sang ! Corps de : -Sergent HELIM Akle-Esso, Matricule 17586 du RPC ; -Caporal-Chef ATCHAM Natchamba Simsin, Matricule 14910 du RPC. Vaillants compagnons, votre assassinat ne restera pas impuni !!! ». Voilà la teneur des tracts déversés dans les rues de Sokodé. Et il n’est pas difficile de se faire une idée des auteurs ou du moins du corps de métier qui pourrait être derrière cette vengeance annoncée. Que Dieu protège les populations civiles de Sokodé.

Abbé Faria

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page