ActualitesPolitique

Agbéyomé Kodjo : « La déclaration de Jean-Yves Le Drian fait injure à la vérité des urnes »  

 

« Le président de la République a bien adressé une lettre au Président Faure Gnassingbé, suite à son élection. Ces courriers relèvent de la courtoisie internationale à l’occasion de l’élection d’un chef de l’Etat ». C’est la réponse du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian dans un point de presse hier mercredi. Cette sortie qui intervient opportunément au moment même où Faure Gnassingbé est en visite officielle à l’Elysée, a valu une réponse de la part de Agbéyomé Kodjo, candidat de la Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) qui revendique toujours la victoire lors de la présidentielle de 2020.

Déclaration

Je suivi avec attention la déclaration de Jean-Yves Le DRIAN relative à la reconnaissance par la France de la victoire fabriquée de Faure Gnassingbé qui fait injure à la  vérité des urnes et viole la volonté du peuple souverain exprimée le 22 Février 2020. Cette confirmation relève de la Raison d’Etat et viole l’idéal de démocratie et de respect des droits de l’Homme inscrit sur le fronton du pays de RENE CASSIN. Nous en prenons acte. Le contentieux étant devant les tribunaux pour la manifestation de la vérité, le dossier suivra son cours normal jusqu’au jugement.

Je rappelle que jusqu’à la fin du mois de mars, les dernières enquêtes menées par le député NADOT et ayant fait l’objet d’une question écrite au Ministre Jean-Yves Le Drian rappelle qu’il n’existe aucune trace de cette lettre de félicitation apocryphe sur les sites de l’ambassade de France au Togo, au Quai d’Orsay ni à l’Elysée et comme par enchantement, ce 7 Avril, à la suite des questions réponses, le site du quai est désormais garni de la réponse de M. Le Drian tendant à la confirmation d’une reconnaissance dans laquelle la grande majorité du peuple togolais ne se retrouve.

Je voulais rendre hommage au Gouvernement Américain pour son courage de démarcation de ce concert d’hypocrisie de certaines chancelleries dont les Chefs, à mot couvert, ont reconnu la victoire de la DMK.

Il a appartient aujourd’hui au peuple togolais en souffrance comme d’autres de la sous-région de défendre leur honneur et prendre définitivement son destin en  mains

Enfin je mets en demeure Faure Gnassingbé de ne pas brader les intérêts de la nation sur l’autel des considérations partisanes de conservation du pouvoir et de respecter les  droits de l’homme et des libertés publiques au Togo.

La lutte continue jusqu’au triomphe de la Vérité et la Libération Nationale.

AGBEYOME KODO

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page