ActualitesLibertinage

La distinction de « Faure-vi » fait jaser

Depuis un temps, le jeune doyen collectionne les titres de champion en Afrique. Même son parrain ADO ne fait pas le poids. Cela n’étonne pas. Son père était champion en tout : Evala, agriculture, football, etc. Il n’est pas étonnant que le fils hérite tout de lui. Le champion d’UNIR vient de décrocher un glorieux. C’était à l’occasion du sommet sur la Cybersécurité en Afrique organisé par ses bons soins. L’homme « Faure » de Lomé a été auréolé du prix du  « Champion d’Afrique de la cybersécurité ».

Surpris par cette distinction un peu cocasse, « Faurevi », à en juger par son sourire jaune et forcé, s’est prêté au jeu et a reçu le prix, sous le signe de son humilité légendaire. « Je reçois cette distinction avec beaucoup d’humilité, parce qu’il est rare qu’on vous offre un prix avant que vous ne commenciez une mission, mais je vous promets que la mission sera remplie avec beaucoup de diligence », a déclaré le numéro 1 togolais qui a dédié la distinction aux pays frères et promis de poursuivre sans relâche son œuvre.

Les jaloux des acquis du jeune doyen ont vite fait de crier à la mascarade. Pour eux, il s’agit un simulacre de distinction, d’un prix bidon dont le jeune président togolais n’avait pas besoin. Un sommet en rappelant un autre, en avril se tient également à Lomé une conférence internationale sur les transitions politiques et la lutte contre le terrorisme en Afrique. On « ne sait pas jamais », « Faurevi » peut décrocher une autre distinction, celle du plus grand démocrate en Afrique. Impossible ? Pas quand on s’appelle togolais.

Le prix de champion de la Cybersécurité décernée au champion d’UNIR fait énormément jaser sur les réseaux sociaux surtout que le lauréat est connu pour être un contre-modèle en la matière. Ses contempteurs mettent en avant le fait qu’il utilise les armes numériques de pointe, notamment le logiciel espion sioniste Pegasus pour espionner ses opposants. Ce n’est pas tout, son régime a également payé les services des hackers indiens de Donot Team pour cibler les militants des droits de l’homme. Pour toutes raisons, certains pensent qu’il mérite plutôt le prix de Champion de la cybercriminalité.  Cela n’engage qu’eux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page