InternationalPolitique

Séjour de Cyril Ramaphosa à Lomé/ Les non-dits d’une visite « ordinaire »

 

 

  • Les Togolais ont toujours besoin de visa pour l’Afrique du Sud contrairement aux Béninois …

 

Ce 6 décembre 2019, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a bouclé en terre togolaise une visite de travail de 24h à Lomé. Cette visite qui se situe dans le cadre d’une tournée dans la région ouest-africaine pour le nouveau N°1 du pays arc-en-ciel, a été présentée par Faure Gnassingbé et ses « godillots » comme l’évènement du siècle. La machine de la propagande a été mise à contribution. A l’arrivée, juste quelques pseudos accords conclus et des annonces tous azimuts. Seulement, on se rend compte qu’il n’y a pas grand-chose à retenir de cette visite autour de laquelle subsistent des non-dits.

Du communiqué officiel…

La communication officielle fait savoir que cette visite se situe dans le contexte du renforcement des relations bilatérales, politiques et économiques déjà existantes entre l’Afrique du Sud et les pays frères dont le Togo. Lors de son séjour à Lomé, le président Ramaphosa était accompagné de plusieurs ministres, dont celui des Relations internationales & Coopération, Agriculture, Vétérans militaires, Sécurité d’Etat et Commerce et Industrie.

« Les deux Chefs d’Etat ont abordé un large éventail de questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral, continental et mondial. Ils se sont félicités des relations historiques et stratégiques qui existent entre les deux pays et ont souligné la nécessité de renforcer davantage ces liens d’amitié et de coopération », indique le communiqué conjoint ayant sanctionné la visite qui n’a pas vraiment été explicite sur les accords conclus.

Inéluctablement, le Plan national de développement a été au cœur des échanges entre Faure Gnassingbé et ses hôtes comme le témoignent quelques extrais du communiqué.

– Au cours de la réunion de travail entre les deux parties, la délégation togolaise a présenté à celle d’Afrique du Sud des projets liés au Plan National de Développement. A cet égard, les deux Présidents ont convenu d’encourager les hommes d’affaires sud-africains et togolais à explorer les opportunités d’affaires, d’investissement et de tourisme dans les deux pays.

« – Le Président RAMAPHOSA a félicité le Président GNASSINGBE pour cet ambitieux Plan National de Développement et pour les progrès substantiels accomplis par le Togo en matière de réformes en vue de l’amélioration du climat des affaires ainsi que pour le succès du Forum Economique Togo-Union Européenne.

– Au niveau continental, les deux Présidents ont procédé à un large échange de vues sur la situation politique, économique et sécuritaire actuelle dans leurs régions respectives. Ils ont également exprimé leur grave préoccupation devant l’instabilité qui persiste dans certains pays du continent et ont fermement condamné les activités terroristes et extrémistes qui y perdurent.

-A cet égard, les deux dirigeants ont réaffirmé leur détermination à poursuivre la coordination de leurs actions dans le cadre des instances régionales et internationales en vue de promouvoir la paix et la stabilité en Afrique.

-Le Président GNASSINGBE a saisi cette occasion pour exprimer au Président RAMAPHOSA, son appréciation pour les efforts accomplis par l’Afrique du Sud au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies et pour le rôle qu’il aura à jouer au cours de sa prochaine présidence de l’Union africaine (UA).

-Les deux Chefs d’Etat ont réaffirmé leur volonté de travailler de concert au développement durable du continent dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’UA et de l’Accord de zone de libre-échange continentale africaine.

-Le Président RAMAPHOSA a salué l’opportunité qui lui a été offerte par le Président GNASSINGBE de visiter le Port Autonome de Lomé en tant que Point logistique stratégique pour la région de l’Afrique de l’Ouest. Le Président RAMAPHOSA a enfin exprimé sa gratitude pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité qui lui ont été réservés ainsi qu’à sa délégation. Il a profité de l’occasion pour inviter le Président GNASSINGBE à effectuer une visite de travail en Afrique du Sud. La date de cette visite sera fixée d’un commun accord par voie diplomatique ».

… aux non-dits d’une visite « ordinaire »

Le dernier point évoqué dans le communiqué final est assez évocateur. En effet, dans la recherche d’amitié et de soutien sur le continent, Faure Gnassingbé n’aurait pas hésité à lancer les signaux positifs à Cyril Ramaphosa bien avant même l’élection de ce dernier, en faisant parler sa générosité légendaire envers le parti de son ami. Dans la droite ligne de cette « cour », le Chef de l’Etat togolais ne s’était pas fait prier pour se pointer à la cérémonie d’investiture de l’actuel homme fort de l’Afrique du Sud.

Dans la foulée, et comme pour forcer cet « amour », Faure Gnassingbé est retourné en Afrique du Sud en mars 2019 pour une visite de travail. Seulement, on a du mal à voir concrètement les résultats de cette relation entre les deux pays. Dans certains milieux, on fait savoir que le fils d’Eyadema qui cherche désespérément un quatrième mandat, aurait des intérêts personnels dans le pays de Nelson Mandela.

Il est aussi décevant de constater que les Togolais ont toujours besoin d’un visa avant de se rendre en Afrique du Sud, ce qui n’est pas le cas de leurs voisins immédiats (Benin et Ghana) en l’occurrence. Pourtant, « les deux leaders se sont félicités de l’élargissement des domaines de la coopération entre les deux pays qui couvrent, entre autres, le commerce, les transports, la défense, la sécurité, l’agriculture, les mines et autres questions d’intérêt commun. A cet égard, ils ont noté avec appréciation la signature d’un d’Accord-cadre de coopération entre les deux Etats. Les deux Présidents se sont réjouis de l’accroissement de la coopération économique entre l’Afrique du Sud et le Togo et ont salué la nouvelle liaison aérienne entre Johannesburg et Lomé desservie par ASKY Airline ainsi que la participation de l’Afrique du Sud à Ecobank», lit-on paradoxalement dans ce communiqué.

Aussi, il y a lieu de recontextualiser cette visite « Ramaphosienne ». En réalité, le président sud-africain est à la recherche de soutiens pour briguer la présidence de l’Union africaine lors du 33e sommet ordinaire prévu en janvier prochain à Addis-Abeba en Ethiopie. Alors au-delà de la solennité qu’on vend aux Togolais par rapport à cette visite et tout le bling-bling qui l’entoure, il faut retenir que c’est une tournée dans la région qui a amené le président sud-africain au Togo.

S.A

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page