Société

Restructuration politique/ La CPP se dote enfin d’instances régulières

 

 

 

Emmanuel Anani Akolly, c’est le nom du Président du nouveau Comité Directeur de la Convergence patriotique panafricaine (CPP). Il a été élu le samedi 7 décembre, au cours d’un congrès ordinaire organisé par le Comité Directoire provisoire mis en place au congrès extraordinaire tenu il y a un mois et demi. Il dirigera un bureau de dix-sept (17) membres. Ces assises ont également permis de revoir les textes du parti. Restructurer, redynamiser la CPP, ainsi est résumée la mission de la nouvelle équipe qui trouve toute sa quintessence dans le thème autour duquel a été axé ce congrès : « Orientation et redynamisation de la CPP face aux enjeux de l’alternance ».

Satisfaction et devoir accompli, tel est le sentiment qui a animé Adrien Béliki Akouété, le Président du Comité Directoire provisoire mis en place au congrès extraordinaire du 26 octobre 2019 au Relais de la Caisse à Lomé et qui s’était vu donner trois (03) mois pour organiser un congrès ordinaire devant élire des organes réguliers et aussi dépoussiérer les textes. « La CPP vient de loin », a concédé Emmanuel Anani Akolly, en rapport avec la longue période d’hibernation traversée par le parti. Dans son adresse aux congressistes au terme de son élection, le nouveau Président n’a pas manqué d’appeler les militants à « faire un saut qualitatif afin de créer un meilleur avenir à la CPP ».

Le nouveau Bureau Directeur est élu pour un mandat normal de cinq (05) ans. Consolider le parti par l’installation de ses structures locales, préfectorales et nationales, élargir ses bases, assurer son indépendance, élaborer un nouveau discours proposant des solutions aux blocages de la société togolaise, instiller dans le débat politique des idées nouvelles, nouer des relations conviviales avec les autres partis, faire un aggiornamento, définir un positionnement doctrinal et s’ouvrir sur le monde, voilà sa feuille de route.

Le congrès a également recommandé à la nouvelle équipe, entre autres, de  renforcer et cultiver les principes fondamentaux et avantages de la social-démocratie, défendre l’impératif du vivre-ensemble, tenir informés les militants sur les activités du parti et la vie politique nationale, mettre en place un shadow-cabinet pour mener des réflexions et identifier des actions stratégiques.

Le parti n’a pas manqué de se prononcer sur à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Comme déjà décidé lors des assises du 26 octobre dernier, le congrès a réaffirmé la position du parti de ne pas présenter de candidat à ce scrutin, mais a tout de même souhaité que le processus se passe dans la sauvegarde de l’intérêt supérieur de la Nation et exhorté la classe politique à œuvrer pour qu’il se déroule dans la paix…

 

Tino Kossi

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page