ActualitesSociété

Coopération bilatérale : Un rapport expose les interventions des Etats-Unis au Togo

L’étude émane de l’Ambassade américaine au Togo. Elle explore de nombreux domaines dans lesquels les deux pays ont collaboré sur la période 2022-2023. Extrémisme violent, AGOA, MCC, santé, alimentation, culture, sont entre autres programmes auxquels des millions de dollars ont été alloués par les Américains.

« C’est pour moi un honneur de partager avec vous le tout premier rapport au peuple togolais. Ce rapport démontre l’engagement des Etats-Unis pour soutenir le peuple togolais », explique Elizabeth Fitzsimmons, la diplomate américaine au Togo. Selon l’ambassadeur, le document démontre l’engagement de son pays à appuyer le peuple togolais. Le rapport, d’une quarantaine de pages, souligne l’éminente personnalité, relate « une histoire de collaboration qui couvre divers secteurs et impacte la vie réelle, illustrant l’esprit d’unité et de coopération qui dynamise les relations » entre les deux pays.

Sécuritaire, Education, Santé, Alimentation…

Le défi présent auquel les pays côtiers sont de plus en plus confrontés est l’extrémisme violent. Le Togo n’échappe pas à cette réalité. Les Etats-Unis partenaires de longues dates du Togo apportent leur soutien dans cette lutte. Il s’agit de s’attaquer aux racines profondes de ces conflits aux multiples têtes.

Ainsi, au titre de « Fond de résilience de l’Ambassadeur », 100 mille dollars sont annuellement décaissés afin s’attaquer aux causes profondes de l’extrémisme violent. L’initiative, nous apprend le document a commencé en 2023 dans les Savanes. Dans cette région septentrionale du Togo en proie à l’extrémisme violent, six organisations ont reçu des appuis spécifiques à chaque communauté. « Cette approche globale répond non seulement aux besoins immédiats, mais assure également la durabilité et la stabilité à long terme, démontrant l’impact profond de l’aide ciblée des Etats-Unis pour le peuple togolais », lit-on.

Les deux pays ont mené aussi conjointement d’autres actions sécuritaires. Elles se sont traduites par des formations spécialisées d’assistance anti-terrorisme, par la mise en place du Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (unique en Afrique de l’Ouest par son approche globale depuis sa création en 2019), les opérations maritimes et terrestres. Selon le rapport, « En dix ans de de coopération entre la Garde nationale du Dakota du Nord et les forces armées togolaises, avec un financement estimé à 200.000 dollars annuels ».

Il faut également souligner des formations en préparation et en réponse aux catastrophes, les techniques contre les engins explosifs, des initiatives de transition de l’USAID avec la collaboration des associations locales dans le cadre du programme OTI. Un projet qui intervient dans l’atténuation des tensions des conflits entre agriculteurs et éleveurs. Le rapport nous apprend que les Etats-Unis vont allouer « une enveloppe de 5,8 millions de dollars pour soutenir des efforts globaux de renforcement des capacités des forces de l’ordre dans les années à venir ».

Sur le plan éducation, divers programmes tels que la Diplomatie publique de l’Ambassade des Etats-Unis, McGovern-Dole d’Alimentation pour l’Education, « l’accent mis le Corps de la paix (31000 ont servi le Togo depuis 1962) sur l’éducation et l’agriculture », des programmes les échanges académiques et professionnels font partie des interventions américaines au Togo. Ces nombreuses actions ont aussi concerné la santé.

Cela a consisté en des appuis du gouvernement américain à celui du Togo dans sa lutte contre le paludisme, le VIH/SIDA, dans promotion de bonnes pratiques de la santé de reproduction, des maladies tropicales négligées. Dans ses interventions de soutien au paysage sanitaire togolais, l’USAID a contribué à permettre aux « prestataires de soins de santé d’offrir des soins complets et un soutien dans des domaines critiques ».  En 2023, par exemple, l’initiative du président des Etats-Unis contre le paludisme a annoncé l’inclusion du Togo pour la première fois avec un investissement de 12 millions de dollars pour la première année du programme », apprend-on dans le rapport.

Sur d’autres axes de ses interventions, le fond d’auto assistance de l’Ambassadeur a appuyé 20 associations des cinq régions du Togo. Elles ont bénéficié d’une enveloppe de 75.000 dollars. Dans la région maritime, six organisations ont reçu un soutien pour une variété de projets tels que, l’achat d’équipement agricole pour améliorer la production des légumes, le renforcement de la sécurité alimentaire et l’efficacité agricole. Dans ce cadre, des équipements ont été fournis afin d’améliorer la pêche artisanale et par ricochet l’augmentation des moyens de subsistance des pêcheurs locaux et des sources alimentaires.

Outre ces soutiens multisectoriels, on peut noter dans le document les opportunités offertes par l’AGOA. A titre illustratif de ce partenariat, le premier envoi d’exportation de vêtements de PIA vers les Etats-Unis, sous contrat avec Children’s Peace a été effectué en octobre 2023. L’aspect culturel et sportif est un volet non négligeable de la diplomatie américaine. Sur initiative de l’Ambassade américaine, des cinéastes togolais et africains ont bénéficié des formations en cinéma. A ces programmes, le document mentionne des camps de sport et des cliniques de basketball et de football « en particulier pour les communautés marginalisées ».

L’éligibilité du Togo au Millenium Challenge Corporation (MCC) et les soutiens des organes des Nations unies au Togo ont été abordés dans le document.  Il s’agit du Fonds mondial, du Programme alimentaire mondial (alimentation scolaire, irrigation solaire, formation de petits agriculteurs, entre autres), du PNUD, de l’UNICEF, du FMI (330 millions de dollars octroyés pour soutenir les réformes économiques et la stabilité du Togo) et de la Banque mondiale. « Au 15 décembre 2023, le portefeuille de la Banque mondiale au Togo comprenait des projets nationaux et régionaux totalisant plus de 1,05 milliard de dollars, visant à améliorer le programme social et économique du pays et à soutenir l’expansion du programme PURS au-delà de la région des Savanes pour couvrir l’ensemble de la nation », lit-on dans le compte-rendu de l’Ambassadeur.

T.G

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page