ActualitesSociété

Fausses plaques d’immatriculation à la DTRF : Le chef Division Technique et sa secrétaire dans le viseur du SCRIC

Pendant longtemps, des soupçons de fraudes ont plané autour de l’immatriculation des véhicules au Togo. Nous avons appris qu’un réseau spécialisé dans ce trafic est en voie de démantèlement. A la Direction des transports routiers et ferroviaires (DTRF), Ali Tchatchasse, chef de la Division technique, et sa secrétaire sont dans le collimateur du Service central de renseignements et d’investigations criminelles (SCRIC). Des douaniers impliqués sont également ciblés.

Tous les jours pour les voleurs, mais un jour pour le propriétaire, dit-on. Si pendant des années, un ou des réseaux huilés se sont plu à siphonner les ressources issues des services d’immatriculation au Togo, il semble venue l’heure de rendre des comptes.

Nous avons appris hier que le chef Division technique à la DTRF, Ali Tchatchasse et sa secrétaire avaient été interrogés par des éléments du SCRIC. Serait-ce pour des fraudes dans l’immatriculation des véhicules ? On n’en sait pas encore grand-chose.

Mais, plus intéressant est l’implication d’agents des services des douanes togolaises dans le faux, malgré les appels à tous les douaniers de montrer pattes blanches. Dans ce sens, nous avons joint une source à l’Office togolais des recettes (OTR) qui a confirmé la véracité des soupçons. A l’en croire, une fois la direction générale de l’office informée, des vérifications ont été lancées, et les premières recherches confirment l’existence de l’implication d’agents des douanes. Reste à obtenir les résultats définitifs pour statuer. Autant dire que des têtes vont tomber.

S’agissant de la DTRF, nous avons cherché à confirmer ou infirmer l’information, même si après qu’on a eu des éléments de réponse au sein de l’OTR, le doute n’est plus tellement permis. Une source au sein de ladite direction a confirmé que mardi, des agents du SCRIC étaient venus chercher le chef de la Division technique sans pouvoir nous dire à quoi répond cette invitation. Mais hier mercredi, sa secrétaire et lui étaient au service ; nous avons pu le constater.

Il faut relever qu’avec l’accroissement fulgurant du parc automobile et du parc moto ces dernières années, la DTRF rencontre d’énormes difficultés liées à la gestion approximative des documents d’immatriculation provenant des services douaniers. Des documents souvent faux, rendant ainsi l’immatriculation des engins douteuse par rapport aux résultats attendus par cette direction. A cela, s’ajoute le grave problème de fausses plaques dont la production est rendue possible par une gestion empirique des formalités.

Il y a quelques semaines, l’OTR a décidé de reprendre à son compte la détermination de la valeur des véhicules d’occasion anciennement confiée à la COTEC. Y aurait-il des accointances qui auraient été dévoilées et qui mettent en cause des éléments des douanes et de la DTRF ? Les jours et semaines à venir nous en diront davantage.

Godson K. 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page