ActualitesSociété

2,2 milliards FCFA pour l’aéroport de Niamtougou : Zéro franc d’assistance aux Togolais ayant fui la guerre en Ukraine

Actuellement, la majorité des étudiants togolais ayant fui la guerre en Ukraine ont trouvé refuge en Allemagne, en Lituanie et en France. Ils ont sérieusement besoin d’aide, mais sont abandonnés et ne reçoivent de l’assistance que des délégués du Haut conseil des Togolais de l’extérieur (HCTE). L’institution en charge des compatriotes vivant à l’étranger est, elle-même, privée de moyens. Depuis le début de la guerre, le HCTE n’a reçu aucune aide financière du gouvernement qui a pourtant débloqué 2,2 milliards pour des travaux e rénovation d’un aéroport désaffecté de Niamtougou. Ainsi va la bruyante diplomatie de Robert Dussey.

Le 24 février 2022, Vladimir Poutine a lancé ses troupes dans une opération d’invasion de l’Ukraine. En quelques jours, le monde entier a été touché par cette guerre. Pas forcément sur le plan militaire, mais des points de vue économique et humanitaire. Des milliers de ressortissants étrangers ont été évacués, craignant les bombardements et les affrontements qui se déroulent dans les villes ukrainiennes. Dans cette atmosphère de chaos, les noirs ont été discriminés, interdits de prendre place dans les bus et trains qui évacuaient les civils. Les pays ont alors entrepris d’évacuer leurs ressortissants. L’Allemagne est l’un des pays de destination de ces milliers de réfugiés dont des Togolais.

Mais depuis le début de cette catastrophe humanitaire, les inquiétudes des Togolais sont relatives à ce que vivent les compatriotes sur ce théâtre de guerre. « Personne ne doit empêcher les Africains en raison de la couleur de leur peau de quitter l’Ukraine pour un autre pays. Non au racisme et oui  au respect de la dignité humaine. Le gouvernement avec l’appui des délégués du HCTE assiste nos compatriotes », a tweeté le 1er mars le ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey.

Dans la foulée de cette annonce, un numéro a été publié sur les réseaux sociaux comme étant celui d’une personne à même de venir en aide aux compatriotes fuyant l’Ukraine. En plus de cela, une autre annonce a été faite, mais cette fois-ci, suivie d’un appel aux dons lancé par les responsables du Haut conseil des Togolais de l’extérieur (HCTE). «Nous avons besoin de chaque action de solidarité. Les premiers fonds collectés ont été transférés aux acteurs sur le terrain pour couvrir une partie du besoin », lit-on dans un communiqué dans lequel le HCTE soutient que les fonds vont servir à assurer l’hébergement, l’alimentation, les frais de déplacement, les soins médicaux et sociaux, l’entretien, la communication, les démarches administratives ainsi que la reprise du cursus universitaire pour les étudiants.

En toute franchise, la situation des Togolais ayant fui la guerre que livre la Russie à l’Ukraine est une catastrophe. Selon des indiscrétions, certaines familles ont hébergé jusqu’à 8 personnes qui sont à leur charge, notamment en ce qui concerne les rations alimentaires. « Ces compatriotes s’occupent eux-mêmes des personnes qu’ils ont accepté de recevoir chez eux. Mais il est évident qu’ils ne peuvent pas tenir longtemps si on ne leur vient pas en aide », explique une source proche du HCTE. C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles le HCTE a lancé un appel à solidarité.

Mais en réalité, la principale raison de cet appel est que le Togo a abandonné ses fils et filles actuellement en difficultés à cause de la guerre en Ukraine. Malgré tout le discours tenu par les autorités togolaises, rien n’a été fait pour soutenir le HCTE. Du moins financièrement. Le Togo n’a pas débloqué un franc pour coordonner l’installation des compatriotes. « C’est depuis le vendredi 11 mars que le gouvernement a promis mettre un montant à la disposition du HCTE. Ce n’est pas encore fait et les délégués cotisent eux-mêmes pour soutenir les compatriotes réfugiés », poursuit notre source, convaincue qu’il s’agit simplement d’un abandon, de la non assistance à personne en danger.

Pour nous également, cela a été un choc d’apprendre que malgré tout le bruit que fait Robert Dussey autour de la diplomatie « à la togolaise », et les superlatifs utilisés pour qualifier les fruits de ses voyages dispendieux, ils sont incapables de fournir l’assistance nécessaire aux compatriotes qui fuient la guerre. C’est dans ce contexte d’abandon que le gouvernement stérile de Faure Gnassingbé annonce des travaux à l’aéroport de Niamtougou pour un montant de 2,2 milliards de francs CFA. Quelle irresponsabilité notoire ! Entre l’aéroport de Niamtougou qui va servir au transport de la tomate et la pastèque, et la vie des Togolais fuyant la guerre, un gouvernement lucide et qui a un brin d’humanité en lui ne doit pas avoir de difficultés à choisir. Ils ont choisi tomates et pastèques. Quelle cruauté !

Par ailleurs, puisque le Togo s’est spécialisé dans l’installation d’institutions faibles, le HCTE dont se méfie encore une grande partie de la diaspora togolaise, est privé de ressources. Pourtant, le ministère des Affaires étrangères ne cesse de demander aux délégués de mobiliser les Togolais à s’inscrire dans le cadre du recensement de la diaspora.

G.A.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page