ActualitesCa va se savoir

Changement de programme

Un samedi, Djatui devait se rendre chez ses parents pour assister à une réunion familiale.  Elle était à quelques encablures de la maison de ses parents quand son père l’appela au téléphone pour lui dire que l’assise était reportée et qu’ils étaient même sortis. Au lieu de retourner à la maison, elle décida de rendre visite à Akakpo, son petit ami. Dès qu’elle débarqua, celui-ci la trouva tellement attirante qu’il eut envie de la déshabiller. Très rapidement, il la dépouilla de ses vêtements.

Le minou à découvert, le gars le recouvrit de baisers et de caresses. Le corps de Djatui était parfumé d’une moiteur érotique ce jour-là. Les lèvres d’Akakpo se collèrent à ses pétales intimes et se frayèrent un chemin. Le cœur de la nana cognait nerveusement dans sa poitrine. Une décharge de plaisir la submergea lorsque la langue du gars toucha son abricot. Elle serra rudement les jambes sur sa tête. Il dut négocier avant qu’elle ne les rouvre.

Akakpo reprit le travail où il l’avait arrêté, lécha puis suça l’antre avec délectation. La langue lui fit des trucs qu’elle n’avait jamais imaginés et qui lui procurèrent un plaisir fou. Il roula le bouton, le lécha et l’aspira. Le mec s’y prenait avec une telle adresse que la demoiselle jouit spontanément.

Quelques instants après, les mains de Djatui allèrent à la découverte du corps d’Akakpo. Elles glissèrent vers son sexe déjà bien érigé, le saisit pour le masser délicieusement. Elle caressa les boules et emboucha complètement la hampe, sans réelle difficulté, et débuta les va-et-vient. Sa langue tournoyait autour de l’engin, procurant d’exquis stimuli à Akakpo. Elle ne se priva pas de le doigter et d’effectuer d’un index audacieux un massage énergique de la prostate.

Ce petit jeu dura plusieurs minutes. Djatui aurait aimé continuer par souffler dans le mirliton et sentir son nectar envahir sa bouche, mais le mec l’attira sur ses genoux pour l’embrasser pendant que l’engin chercha le chemin de la cité. Il la pénétra doucement, tendrement et profondément. Akakpo caressa le visage de Djatui lorsqu’elle entama de petits mouvements de bassin. La go sentit le bambou lui fouiller l’antre et sentit son orgasme monter. Elle poussait des gémissements pour résister.

Akakpo allongea Djatui sur le lit. Il se pencha et l’embrassa langoureusement puis lui baisota la peau du cou jusqu’au ventre. Pendant ce temps, l’extase agitait le corps de la nana. Les mains du gars frôlèrent son corps. Il pétrit ses seins et en tritura les tétons durcis par l’excitation. La jouissance de Djatui continua de monter lorsqu’Akakpo se redressa brusquement pour venir se placer entre ses cuisses. Il enfonça sa matraque dans la grotte. La go ne put retenir un cri. Il entama de vigoureux va-et-vient sans détacher son regard de celui de sa partenaire, décuplant encore la décharge électrique qui parcourait son corps.

Djatui agrippait ses mains aux fesses d’Akakpo pour appuyer ses mouvements tandis que ses gémissements reprirent de plus belle. L’homme se redressa un peu pour fixer son poireau entrer et sortir de la grotte. La donzelle fit comme lui et remarqua qu’une grosse veine sombre pulsait le long du gourdin qui luisait de cyprine. Son corps fut pris d’un bref tremblement. Akakpo sentit la lucarne se refermer sur son marteau et s’efforça de se contrôler au mieux. Mais les tourtereaux furent précipités au septième ciel. Djatui passa toute la journée dans les bras de son homme.

L.R.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page