ActualitesEditorial

Togo : A quoi sert-il de se vacciner au final ?

« La force est l’arme de ceux qui ont tort » (Boudha)

Les autorités togolaises attendaient-elles l’arrivée de la pandémie pour déployer les incongruités dont elles peuvent être capables ? Si malgré l’obligation sournoise de se vacciner avant d’accéder aux bâtiments administratifs, on en vient encore à limiter drastiquement le nombre d’invités aux soutenances de mémoire en cours au Togo, alors il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

L’information a été portée à l’attention des étudiants de l’Université de Lomé en passe de présenter leur mémoire. Pour des raisons de Covid-19, l’impétrant et ses accompagnateurs ne doivent plus dépasser la dizaine, amis et famille compris.

On avancerait d’autres raisons qu’on comprendrait. Mais si c’est pour prévenir la propagation de la pandémie, il y a alors quelque chose qui ne tourne pas rond.

D’abord, les masques constituent la barrière la plus propre et la moins dangereuse pour toute personne voulant éviter ce virus. Puisqu’à ce jour, aucune étude n’est arrivée à démontrer que des patients ont contracté le virus malgré le masque juché sur le visage.

Ensuite, il y a l’imposition de la vaccination avant d’accéder aux bâtiments publics et administratifs. En considérant que les lieux de soutenance de mémoire appartiennent tous à l’Etat, leur accès serait conditionné à cette vaccination. L’une des raisons avancées pour obliger les personnes à se faire vacciner serait la capacité des vaccins à prévenir des formes graves. Et donc, tout membre de la famille d’un impétrant qui serait vacciné et désirerait assister à la soutenance sur invitation ne devrait pas souffrir d’une quelconque limite des invités.

Le dernier et pas le moindre est l’obligation faite aux étudiants de se faire vacciner. Mais avec la mesure imposée par l’Office du Brevet de technicien supérieur (OBTS) de limiter à 10 le nombre d’invités, on se demande alors à quoi aura servi de se vacciner si on ne peut pas assister à la soutenance de son enfant.

Au nom de cette pandémie, le pays a franchi des limites autrefois impensables à franchir. Tant et allègrement qu’on se demande si l’arrivée de cette maladie ne serait pas du pain béni pour les gouvernants.

A l’Assemblée nationale, ils sont au moins 91 à remplir la salle. Avec la mesure inique décrétée par l’OBTS, on se demande pourquoi les députés aussi ne seraient pas limités en nombre pour accéder à la salle de la plénière. Trop de restrictions qui font dire que le zèle devrait être une médaille à décerner aux autorités togolaises dans la gestion de la          pandémie.

Godson KETOMAGNAN

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page