ActualitesEditorial

CEDEAO : Deux mandats largement suffisants

 « Dans un système démocratique, un dirigeant fort respecte la Constitution » (Linda Thomas Greenfield)

Le président béninois, Patrice Talon, en gentleman, a honoré de sa présencele 2ème Sommet citoyen sur la bonne gouvernance, l’alternance et la démocratie à Cotonou où il a pris des engagements à respecter la Consitution béninoise et à ne pas briguer un 3ème mandat présidentiel. « Je voudrais vous garantir que je demanderai une dérogation au protocole d’Etat pour que le symbole de l’alternance que vous venez de me remettre fasse partie des éléments du rituel de passation de charges », a déclaré Patrice Talon. Qui a promis de prendre soin du sceptre de l’alternance à lui remis par les organisateurs et de le transmettre à son tour à celui qui lui succedera en 2026. En clair, Patrice s’est solennellement engagé à remettre le tablier au terme de son second mandat.

La présence de Patrice Talon à ce sommet, ses engagements et le courage de son discours devraient révigorer les acteurs de la société civile et le peuple béninois mais aussi toute la communauté ouest-africaine, une région qui connaît une nette régression des valeurs démocratiques. « Ce sommet s’est tenu dans un contexte marqué par le recul démocratique à travers le virus du troisième mandat, la restriction de l’espace civique et la mauvaise gouvernance. L’année 2020 a montré les limites de l’institution avec la réélection des présidents pour un 3ème mandat en Côte d’Ivoire et en Guinée et celle d’un 4ème mandat au Togo.  Cet échec de la CEDEAO ayant admis des pratiques contraires à ses textes et notamment au protocole additionnel de 2001 sur la démocratie et la bonne gouvernance a renforcé la tentation de se maintenir indéfiniment au pouvoir », a diagnostiqué Prof David Dossèh, Coordonnateur des Universités sociales du Togo.

Pour que la CEDEAO retrouve ses lettres de noblesse, deux mandats devraient redevenir la norme dans l’espace communautaire. Prendre des engagements comme l’a fait Patrice Talon ne suffit plus, il faut agir en conformité avec ce qu’on proclame.

Les dirigeants africains ont cette manie de renier facilement leur parole. Ils disent une chose et font tout le contraire. En mars 2020, Alassane Ouattara avait solennellement pris l’engagement de ne pas se représenter pour un 3ème mandat et de transmettre le pouvoir à la jeune génération. Bien avant, son homologue de la Guinée, Alpha Condé avait pris les mêmes engagements. « Je ne modifierai jamais la Constitution. Ce serait trahir ce pourquoi je me suis toujours battu », avait promis le chef d’Etat guinéen. Mais à 79 ans et 83 ans, les deux compères ont entamé leur carrière de dictateurs en Côte d’Ivoire et en Guinée.

Leur doyen, Faure Gnassingbé qui avait pris la place de son père en 2005, s’était engagé un an plus tard, en 2006, à travers l’Accord Politique Global (APG), à faire des réformes politiques qui permettraient à son pays de s’engager sur les rails de la démocratie. Quelques années plus tard, il s’est fait le chantre de la démocratie et de l’alternance sur le continent en déclarant que personne ne devrait aller au-dela de trois mandats présidentiels. Malgré ses engagements, il va user du dilatoire et ruser avec les textes et lois de son pays, pour se maintenir au pouvoir. Promoteur de la remise du compteur à zéro et du 3ème mandat, Faure Gnassingbé et bat le record de longévité présidentielle avec 4 mandats à son actif au sein de la CEDEAO.

Le président béninois, Patrice Talon, à son avènement au pouvoir avait promis de faire un mandat unique. Il en avait même fait une exigence morale nécessaire à la bonne gouvernance. La suite, on la connaît tous.

Avec de tels dirigeants qui se soustraient avec une facilité déconcertante au respect de leurs engagements, la vigilance devrait être de mise. C’est le défi que devront relever les acteurs de la société civile, organisateurs du sommet de Cotonou.

Médard AMETEPE

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page