ActualitesEditorial

Macky Sall et la tentation du 3ème mandat !

« Le dictateur africain est un grand m anipulateur des valeurs négatives qui prédominent dans l’être humain » (Dr Yves Ekoue Amaïzo)

« La question du troisième, quatrième, voire cinquième mandat tient lieu de divan : elle nous révèle la part la plus obscure des êtres qui nous gouvernent », disait l’écrivain guinéen Tierno Monénembo. L’initiative du 3ème mandat sur le continent est partie du Togo est considéré comme un champ d’expérimentation des pratiques anti-démocratiques. Depuis que Faure Gnassingbé, le jeuene doyen, a eu l’idée du troisième mandat pour prolonger son bail à la tête de son pays, avec pour corollaire ce qu’on avait appelé « la remise du compteur à zéro » où le troisième ou le quatrième mandat devient le premier, selon la nouvelle forme pernicieuse de compter les mandats, la tentation est très forte chez les dirigeants ouest-africains.

Si certains à l’instar d’Alassane Dramane Ouattara et Alpha Condé ont succombé à l’appât du troisième mandat, changé la Constitution et se maintiennent au pouvoir, d’autres comme Macky Sall du Sénégal, Adama Barrow de la Gambie ou encore George Weah du Liberia sont dans le starting-block. Vont-ils eux aussi franchir le Rubicond et mettre à rude épreuve la balbutiante démocratie dans leur pays ?

Au Sénéngal, les adversaires de Macky Sall dont le second mandat s’achève en 2024, l’accusent d’être obnubilé par son désir inavoué et obsessionnel de faire le mandat de trop. «Monsieur le président, vous avez les cartes en mains, vous pouvez vous laver de tout soupçon de complot, vous pouvez, avec quelques mots dont la seule pensée vous horripile et vous fait même perdre la raison au point que dans votre entourage nul n’ose y penser au risque de subir votre courroux. Quant à vous, vous y pensez le matin devant votre miroir en vous rasant, vous y pensez tout le temps. Cette pensée vous obsède, vous empêche de dormir. Vous avez des poussées d’urticaire rien qu’a l’idée de ne pas être présent en 2024 et pourtant…», écrit le confrère Bocar Sy.

Les soupçons de la jeunesse sénégalaise envers leur président de vouloir imiter Alpha Condé et Alassane Ouattara sont si forts qu’en mars dernier, l’affaire Ousmane Sonko, le principal opposant à Macky Sall accusé de viol de présumé sur une jeune employée de salon de beauté, a été le déclic d’une situation d’insurrection dans le pays. Le déferlement de la jeunesse sénégalaise traduisait ainsi le ras-le-bol des Sénégalais.

Depuis quelques temps, Macky Sall est sur tous les fronts. Il ne se donne plus de répit et donne tout l’air d’être talonné par le temps. Ses tournées à l’intérieur du  pays finissent par prendre au fil du temps des allures de campagne. Ce qui fait dire à certains Sénégalais que leur président a engagé un marathon électoral pour un 3ème mandat.

« Le président est en train de remobiliser ses troupes en direction des élections locales, certainement aussi en direction des élections législatives qui se teindront la même année, et surtout aussi essayer de crédibiliser éventuellement une troisième candidature pour 2024 », analyse Serigne Saliou Guèye, journaliste et analyste politique sur RFI.

Pour l’opposant togolais Nathaniel Olympio, ce serait dramatique pour l’espace communautaire si Macky Sall aussi venait à se représenter pour un 3ème mandat : « Ce serait pire que l’acte de Faure Gnassingbé  qui a ouvert le bal funeste. Il plongerait l’Afrique de l’Ouest francophone dans un abime de crises ».

Médard AMETEPE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page