ActualitesLibertinage

L’enfer d’un député qui a voulu jouer à l’Abbé Pierre

Au 228, le député « buveur de lait » voulait ressembler à Mère Theresa et à l’Abbé Pierre réunis en communiquant ses numéros de téléphone sur les réseaux sociaux. Mais pourquoi, se demanderaient certains ? Peut-être qu’en tant que député non élu, il voulait être plus proche des populations, une manière certainement pour lui de se racheter et d’avoir une légitimité qu’il n’a pas eue dans les urnes. En tout cas, c’est la seule explication qu’on a trouvée à l’action de notre député débonnaire.  « Laisser mes deux numéros de téléphone sur les réseaux sociaux procédait d’une bonne ambition. Étant député, je m’étais dit qu’un représentant du peuple devait être accessible », explique-t-il.

Une telle dose de magnanimité légendaire devrait rendre vert de jalousie Gnassingbé père d’outre-tombe. Durant son règne au long cours au trône, celui-ci s’était passé pour un magnanime à la puissance 100, distribuant à tour de bras, des billets de banque craquant aux centaines de milliers de gens qui envahissaient quotidiennement son jardin de Lomé 2 comme des fourmis magnans. Mais, lui, il a eu l’ingénieuse idée de ne pas laisser son numéro de téléphone à la merci de la foultitude.

Cet impair, notre Abbé Pierre de député va le payer très cher. Il a fait une douloureuse expérience qu’il n’est pas prêt d’oublier. « Au quotidien, ça devient un enfer. Il y a d’abord toutes les demandes d’information. Je suis devenu une sorte de Google ambulant: on paie combien pour la nationalité, c’est quand la rentrée des universités, qui est la femme légitime du président de la République… Toute la journée, on me bombarde de questions », raconte-t-il.

Il poursuit : « Ensuite, viennent les demandes d’assistance. Ça va de 500F pour manger à midi à plusieurs millions pour lancer un business, en passant par la dame qui veut acheter un kiosque et le jeune homme qui veut une moto. J’ai même des gars de la diaspora qui sollicitent l’achat de leur billet d’avion. C’est un véritable matraquage ».

Le comble, certains se permettent même de le réveiller au petit matin à 4 heures pendant son douillet sommeil pour solliciter de l’aide. Le député n’en peut vraiment plus puisqu’il dit recevoir des dizaines d’appels par jour. « La vérité est que je fais la bouche seulement, je n’ai pas grand-chose. Ceux qui en ont ne parlent pas », supplie-t-il. On espère que le message est compris. Autrement le seul choix qui lui reste est de changer de numéros…

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page