ActualitesLibertinage

Ali Bongo est « kankpé »

L’Afrique est vraiment malade de ses hommes politiques. Quand il s’agit de prolonger la jouissance du pouvoir, on jure par tous les saints qu’on est aussi bien portant qu’un pont neuf. C’est le cas d’Ali Ben Bongo Ondimba qui clame haut et « faure » qu’il est pleine possession de tous ses sens et qu’il jouit d’une santé de fer.

Il y a 3 ans, le président gabonais a été foudroyé par un accident vasculaire cérébral (AVC) et avait passé plusieurs mois d’hospitalisation à l’étranger, entre l’Arabie Saoudite, le Maroc et Londres. Le prégo gabonais traine toujours des séquelles sa maladie. Sa santé avait pris un énorme coup et il montrait des signes ostentatoires de fébrilité intellectuelle et physique.

Alors qu’il n’était pas au mieux de sa forme, -on pouvait le constater à vue d’œil, il n’avait retrouvé sa mobilité et avait une démarche douloureusement souffreteuse-, le fils du père avait été forcé par les baronnets qui ne voulaient pour rien au monde perdre leurs privilèges à s’arc-bouter au pouvoir. La question s’est toujours posé si Ali Bongo a toutes ses capacités physiques, mentales, intellectuelles pour diriger le Gabon.

L’intéressé a levé toute équivoque sur son état de santé post-AVC et affirme avoir la pleine capacité à diriger le pays. « De l’énergie, j’en ai à revendre », clame Bongo fils dans une interview. Et les juliettes (journalistes) qui se sont entretenus avec le miraculé d’AVC d’arrondir les angles pour que tout soit beau : « Souriant et détendu, métamorphosé (il a perdu une quarantaine de kilos), le chef de l’État s’est prêté pendant plus d’une heure à ce jeu des questions-réponses qu’il n’affectionne guère. Son élocution était normale, peut-être moins fluide qu’avant son AVC. Tout juste cherchait-il parfois longuement ses mots, sur les sujets les plus techniques. Physiquement, il a récupéré sa motricité et l’usage complet de ses membres, notamment de ce côté droit longtemps récalcitrant… »

Que ne ferait et ne dirait-on pas au nom du pouvoir ? Le goût de ça ? Quand certains s’y accrochent d’années en décennies, tout se comprend. Il ne sera pas surprenant qu’un de ses quatre matins, on nous montre le miraculé sur un terrain de foot en train de s’adonner à son sport favori ou de faire du footing à la plage un weekend ou de la musculation dans une salle de gym.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page