ActualitesEconomie

CEDEAO : multiplication d’actes illicites en mer ; à qui la faute ?

« Les gouvernements : des sourd qui ne veulent pas voir et des aveugles qui ne veulent pas entendre » (Michel Patin)

Il n’y a jamais de fumée sans feu, dit-on. Tout comme le miel attire les mouches, les pirates qui écument les mers du Golfe de Guinée sont assurément attirés par quelque chose. Mais quoi ?

A l’occasion de la 58ème session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui s’est tenue le 23 janvier 2021 par visioconférence, un point particulier –le 46- a retenu notre attention : la sécurité et la sûreté maritimes dans le Golfe de Guinée. Lorsqu’on analyse comment « la conférence note la part importante des activités maritimes dans le développement économique et social des Etats de la région, et exprime sa préoccupation quant à la multiplication des actes illicites en mer, y compris la piraterie maritime, le déversement de déchets toxiques et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée », on est tenté de pouffer de rire. Surtout que la même conférence « appelle les Etats membres à mettre effectivement en œuvre les mesures adoptées au niveau national, régional et continental pour promouvoir la sécurité et la sûreté maritimes dans le Golfe de Guinée ». Quelles sont ces mesures à mettre en œuvre et depuis un bon moment déjà, le Golfe de Guinée est classée zone la plus dangereuse du monde sur le plan maritime ?

Ratifier la Charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes (Charte de Lomé) adoptée le 15 octobre 2016 et promouvoir la coopération entre les États membres en matière de navigation maritime par les Etats membres est un vœu. Encore faut-il que les Etats trouvent leurs intérêts dans cette ratification. Surtout qu’il existait avant cette Charte une autre dite de Yaoundé et qui porte sur la même thématique. « La Conférence lance un appel pressant aux pays abritant les centres multinationaux de coordination maritime (CMCM) et le Centre Régional de Sécurité Maritime de l’Afrique de l’Ouest (CRESMAO) à prendre les dispositions administratives et logistiques nécessaires afin d’assurer la pleine opérationnalisation des Centres, y compris les facilités pour le logement du personnel international déployé dans les centres maritimes domiciliés dans leurs pays respectifs. La Conférence demande aux Etats membres et à la Commission d’accélérer la mise en œuvre des décisions ainsi adoptées », indique le communiqué final. Et après ? Est-on tenté de demander.

Les activités illicites qui se passent en mer, surtout entre le Nigeria et le Togo, plus précisément dans le village dit « Triangle du Togo » sont de nature à rameuter des pirates qui savent flairer les lieux où sont brassées d’importantes sommes d’argent. Et au large des côtes togolaises, il y a un trafic qui, parce que loin des regards depuis la côte, reste méconnu des citoyens habitant sur la terre ferme, mais qui constitue du miel aux pirates. De ça, malheureusement, la conférence des chefs d’Etats et de gouvernement n’en a rien dit. Solidarité entre dirigeants oblige !

 Godson KETOMAGNAN

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page