Ca va se savoir

Ça va se savoir/ Pris de froid

 

Koudjo alla chercher sa petite amie Ange chez elle pour une virée en amoureux quand il se mit à pleuvoir des cordes. Il rebroussa chemin et conduisit la nana chez lui. Chemin faisant, sa copine grelottant de froid se colla à lui. Ses mamelons doublèrent de volume et Koudjo ressentit un petit picotement dans son bas ventre. Lorsqu’ils arrivèrent à destination, ils s’embrassèrent, se caressèrent pour enfin se précipiter sur le lit, mouillés jusqu’aux os.

Koudjo couvrit à nouveau le corps d’Ange de caresses et écarta légèrement ses jambes pour découvrir sa fouine qui s’ouvrit comme une fleur. Il chercha son bouton, le pinça, l’aspira et le happa en le faisant rouler sous la langue. Koudjo la fit jouir rapidement. Son art était tout à fait particulier. Il se releva et embrassa Ange. Pendant qu’ils s’embrassaient la nana ressentit un feu dévorer ses entrailles. Son amoureux ne perdit pas de temps et s’introduisit en elle. L’énorme concombre emplissait délicieusement son étroit conduit. Les jambes de chaque côté des siennes, ses mains soupesaient les nichons. Il entama doucement la cadence, pétrissant ses seins et titillant les pointes. La bouche entrouverte, Ange était dans les nuages.

Après quelques chevauchées bien rythmées, Koudjo opta pour la position du bateau ivre. Il s’agenouilla aux abords du lit et alla à la rencontre de sa bien-aimée toujours couchée sur le dos. Il souleva légèrement ses jambes en la tenant par les chevilles. Ange émit un petit cri lorsqu’elle se fait enfourner de nouveau. La pénétration était profonde, mais incroyablement relaxante pour la nana qui posa une main dans son entrejambe pour suivre les mouvements de l’épieu en elle. La sensation était exquise. Elle soulevait son bassin, se mordillait les lèvres ou souriait lorsque son ami posait le regard sur elle. Ils s’embrassèrent alors langoureusement et les mouvements reprenaient de plus belle. Jamais Ange n’avait ressenti autant de plaisir dans les bras d’un homme.

Ange voulut à tout prix récompenser Koudjo. Elle se redressa et le tira sur le lit. Elle retourna Koudjo sur le dos et plaça son minou contre le dard et s’en empala comme une furie. Pendant qu’elle limait le sabre entre ses entrailles, elle offrait ses seins à son homme pour qu’il s’en occupe, les mains guidant sa tête. Koudjo se régala.

Tout content des prouesses d’Ange, il l’encourageait. Tantôt, la prenant par les mains, tantôt par les hanches ou les fesses. La jeune femme tenait la manette, mais ne pouvait s’empêcher de couiner. Se rapprochant inéluctablement de la jouissance, elle ne contrôlait plus rien. Excité par les cris de sa chérie, par la vision  de son corps qui s’affaiblissait sous ses yeux sous l’effet du plaisir, Koudjo se sentit venir. Il retourna soudain Ange dans le lit ; celle-ci releva légèrement le bassin pour bien l’accueillir. Il la besogna avec entrain. A l’unisson, les tourtereaux atteignirent le Nirvana.

L.R.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page