Libertinage

Libertinage/Tel père, tel fils !

 

La politique au « Gbassingbéland », c’est une affaire de famille. C’est seulement le cas des « Gnass » que les gens connaissent et dont ils parlent à longueur de journée. Mais si on jette un petit regard dans la cage des « pododants », c’est un peu la même chose qui se passe. C’est le cas des Kagbara qui se sont succédé au PDP. Bassabi, ayant des réminiscences du RPT, a vu les choses venir et a tout fait pour donner son parti en héritage à son fiston adoré  Innocent qui gère le parti familial comme une épicerie de Sola. Le fils ne s’est pas démarqué des habitudes de son géniteur. Son cas est encore pire. Il a une version actualisée du politiquement business. Comme son camarade du centriste-Unir Gerry Taama, il ne compte pas donner de consigne de vote. Qu’il le fasse ou ne le fasse pas, cela ne change rien en fait. Le reste, c’est qu’il se donne une importance qu’il n’a pas.

Kagbara fils fait partie des amuseurs professionnels de galerie. Il est tout sauf innocent. Il est dans toutes les sauces surtout affaires pas très nettes. Pour ces élections, les bruits ont couru qu’il a avalé quelques Gnass dollars aux fins de retirer sa candidature, tout comme son compère Tom & Gerry. On était cependant étonné de le voir déposer ses dossiers au niveau de la machine à fraude. La stratégie était bien pensée : faire diversion pour faire croire qu’il est tout innocent comme son nom. Au finish l’indéboulonnable président la Cour Constitutionnelle a trouvé une parade spéciale pour écarter sa candidature. Ça revient au même. Kagbara fils n’a même pas bronché quand son dossier a jeté à la poubelle.

L’histoire retiendra qu’il a une fois dans sa vie déposé un dossier de candidature pour la présidentielle. Il pourrait même mettre cela dans son CV pour embobiner les go de l’école de son papa. Comme convenu dans le deal tripartite entre lui, Tom Gerry et la maison bleue, les instructions ont été claires dès le départ. Pas de consigne de vote. Mais lui, il a fait «Faure». Il n’a même pas appelé à voter pour un opposant. Dans tous les cas, il n’y a pas de différence ; il fait comme son papa.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page