International

RCI : En route vers Abidjan, l’avion de Guillaume Soro atterrit à Accra

 

L’ancien Président de l’Assemblée nationale visé par un mandat d’arrêt

Après plusieurs mois de séjour en Europe avec notamment l’annonce de sa candidature pour le scrutin présidentiel de 2020, Guillaume Kigbafori Soro a décidé de regagner ce lundi 23 décembre 2019, la Côte d’Ivoire, son pays natal. Le jet privé à bord duquel ce retour s’effectuait, avait décollé tôt de l’aéroport parisien de Le Bourget pour atterrir plus tard vers 14heures (heure GMT) à Abidjan. Faisant l’objet d’interdiction à l’aéroport de la capitale économique, l’équipage, selon Alain Lobognon, le porte-parole de Guillaume Soro, a mis le cap sur Accra, la capitale du Ghana voisin.

Un mandat d’arrêt contre l’ancien Président de l’Assemblée nationale est émis par les autorités ivoiriennes pour tentative de déstabilisation et de détournement de deniers publics. Sale temps dira-t-on pour le député de Ferkessédougou. A l’appel du ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, tous les maires sont priés d’interdire toute manifestation ou activité politique d’envergure jusqu’au début de l’année 2020. Un  fort dispositif de sécurité a contraint bon nombre de partisans de Guillaume Soro, président de Générations et peuples Solidaires (GPS) à effectuer le déplacement de Port-Bouët où se trouve l’aéroport international Félix Houphouët –Boigny pour y accueillir leur champion.

Un impressionnant dispositif sécuritaire avait été par ailleurs dressé dans la matinée de ce lundi au niveau du quartier chic de Marcory, une commune située dans la partie Sud de la d’Abidjan. Les partisans de Guillaume Soro, dont son frère cadet Simon, ont été empêchés d’avoir accès à la résidence de l’ancien Premier ministre et ancien Président de l’Assemblée nationale. Ce dernier, dit-on, aurait annoncé souhaiter rencontrer le Président Alassane Ouattara à son retour à Abidjan.

Sale temps pour un précoce en politique et ancien chef rebelle ?

Guillaume Kigbafori Soro est un ancien séminariste atteint par le virus de la   politique. Agé de 47 ans, le Che ou Bogotha, s’était révélé dans les années 90 à la tête de la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire. De retour au pays après des années d’études, il est aperçu du côté de feu le Général Robert Gueï, après le putsch réussi ayant emporté le régime d’Henri Konan Bédié. Il se rallia par la suite à Alassane Dramane Ouattara quand ce dernier n’était pas autorisé à être candidat au scrutin présidentiel.

En 2000, Laurent Gbagbo devient Président de la République. L’ancien leader estudiantin fit partie de ceux qui prirent part à l’organisation d’un mouvement de rébellion pour renverser le nouveau pouvoir ivoirien. Recherché, il fuit le pays déguisé en femme avant de réapparaitre lorsque les Forces Nouvelles déclenchent sans y réussir une nouvelle tentative de coup d’Etat.  Guillaume Soro devient ainsi le porte-parole puis Secrétaire Général de la Branche politique du Mouvement Patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI) devenu les Forces Nouvelles de Côte d’Ivoire après les négociations de Linas Marcoussis en France.

Il prit part au gouvernement de réconciliation nationale en occupant tour à tour les fonctions de Ministre de la Communication puis Ministre d’Etat chargé de la Reconstruction et de la Réinsertion. A la suite de l’Accord politique de Ouagadougou, il devint Premier ministre avec pour mission de préparer  les élections dans les dix mois à partir de mars 2007. Lesquelles élections eurent finalement lieu en 2010, mais seront  émaillées d’incidents de toutes sortes.

A l’arrivée d’Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’ivoire, Guillaume Soro reste à la Primature et forme son 4è cabinet gouvernemental du 1er juin 2011 jusqu’au 8 mars 2012. Il sera élu par la suite président de l’Assemblée nationale, donc le second personnage de l’Etat. Réélu  de nouveau avant d’entrer en conflit ouvert avec son mentor Alassane Ouattara. L’ancien leader estudiantin dut démissionner en février 2019 du perchoir sans rejoindre le nouveau parti, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), dirigé par Ouattara.

Depuis l’étranger, Guillaume Soro lancera en octobre 2019 un «  mouvement citoyen », dénommé Génération et Peuples Solidaires (GPS) destiné à regrouper les mouvements et organisations pro-Soro.  Celui qui fut en un temps record,  chef rebelle, ministre, ministre d’Etat, Premier ministre, Président de l’Assemblée nationale, lorgne désormais la magistrature suprême.

Le précoce en politique  y parviendra-t-il en ces temps-ci où le torche brûle vivement entre lui et son ancien mentor?  La réconciliation tant proclamée en terre ivoirienne après des années de braise est-elle prête  à être traduite dans les faits ?

©Ekoué  SATCHIVI

 

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page