Politique

Mouvement des Sages UNIR de l’Ogou/ La cooptation d’un chef canton dans le Bureau suscite indignation et colère

Un chef traditionnel peut-il devenir militant d’un parti politique ? La mission du chef traditionnel est-elle compatible avec la pratique politique ? Les chefs traditionnels sont les garants des us et coutumes. Pour bien faire leur travail et être à même de relever les défis auxquels font face leurs populations, et surtout pour susciter respect, ils doivent faire preuve de hauteur et de neutralité. C’est aujourd’hui une nécessité dans notre pays avec le pluralisme politique.

« En principe quand le chef traditionnel parle, il parle au nom de Dieu, et de la communauté dont il a la charge. Il ne doit pas parler parce qu’il sait parler. Il doit parler parce qu’il est inspiré. Mais, quand il donne des consignes de vote, il ne doit plus invoquer Dieu. Car, Dieu aime sans exclusive, quelle que soit la couleur politique, et Il fait tomber la pluie sur les « bons » et sur les « méchants », sur les électeurs de la majorité et sur ceux de l’opposition », écrit  Prosper Ahiafor.

Mais au Togo des Gnassingbé, les chefs traditionnels n’hésitent pas à afficher leur inféodation au parti au pouvoir. Ils sont les points focaux du parti UNIR et les directeurs de campagnes de ses candidats. C’est le cas du chef canton de Katoré, le sieur Assogbala Gbagana Mawouena qui a été désigné membre du Bureau Exécutif du mouvement des sages Unir de l’Ogou et suscite l’indignation et la colère des populations.

Préfecture de l’Ogou

Élection du Bureau du Mouvement des Sages UNIR (MSU) ou la promotion du « malsage » et la clochardisation de la chefferie traditionnelle

Le jeudi 24 octobre 2019, dans la matinée,s’est déroulée une cérémonie de cooptation des membres du bureau du mouvement des sages du parti UNIR à l’hôtel le Roc d’Atakpamé.Était dépêchée depuis Lomé pour la circonstance, une délégation conduite par l’ancien ministre d’État,M. Charles Kondi Agba.

Comme à l’accoutumée, les militants ont cru asseoir dans l’allégresse un satisfecit de bureau. Malheureusement, la cooptation des membres dudit bureau est entachée d’irrégularités graves mettant ainsi en doute la sincérité et la crédibilité du travail à faire par cette nouvelle aile marchante du parti UNIR dans l’Ogou.

Les raisons

 – Primo, le président choisi serait d’une moralité douteuse puisqu’il aurait été impliqué dans les actes de vandalisme et de casses des locaux de l’évêché d’Atakpamé en 1975.

Ce Monsieur du nom de Montcho Abalo aurait conduit le 26 avril 1975, un groupe d’Animateurs de la Révolution Togolaise(ARETO) pour aller caillasser et saccager d’abord l’église Sainte famille d’Atakpamé. Et comme cela ne suffisait pas, une semaine plus tard, l’évêché d’Atakpamé a subi le même sort par ce même groupe de vandales.

Cet Abalo Montcho à qui on colle fortuitement l’étiquette de «sage» aujourd’hui, reprochait à Monseigneur Bernard Ogouki Atakpah d’avoir dénoncé le culte de la personnalité qu’incarnait le régime d’Eyadema au lendemain du sulfureux accident de Sarakawa où le prélat officiait le 25 avril, une messe en prélude au 15e anniversaire de la fête de l’indépendance.

– Secundo, les militants du parti UNIR frisent le ridicule en débauchant de façon flagrante et éhontée un chef de canton en la personne de  OlouAssogbala Gbagana Mawouena,chef canton de Katoré qui est aussi membre du Bureau Exécutif du mouvement des sages de Unir-Ogou mettant ainsi en lambeaux le décret 2016-028 PR du 11/03/2016 portant modalité d’application de la loi No 2007-002 du 08 janvier 2007 régissant ou relative à la chefferie traditionnelle au Togo.

Vu l’ampleur des machinations et des masturbations de nos détenteurs des us et coutumes sur le terrain, le Mouvement des Sept Collines:

 -Condamne avec la dernière énergiela chosification de la chefferie traditionnelle sur notre terroir natal, la préfecture de l’Ogou.

-Demande à l’autorité en charge de la chefferie traditionnelle au Togo,nommément le ministre de l’Administration Territoriale,de la Décentralisation et des Collectivités Locales(MATDCL) de prendre des mesures idoines pour déchoir le chef canton de Katoré du Bureau Exécutif du mouvement des sages Unir de l’Ogou afin de donner force à la loi.

– Prie les autorités politiques de tout bord de s’abstenir d’inféoder les chefs traditionnels à leurs activités politiques,ceci pour le respect de notre république.

Atakpamé, le 28 Octobre 2019

Pour le BE,

Le SG,

Valentino of Zion

.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page