Politique

CENI: Francis Pedro Amuzun finalement nommé par l’Assemblée nationale

 

Après un mois et demi de blocage, les représentants de la C14 à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sont nommés. Le dernier, Francis Pedro Amuzun, retiré de la liste par Dama Dramani a été nommé hier. Une conséquence directe de la 3ème réunion du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO, tenue à Conakry. On tend vers « un retour du train à la gare ».

Une recomposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour la rendre plus inclusive et plus équitable par une participation plus importante de l’opposition. C’est ce qu’avait retenu le Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO lors de la deuxième rencontre, le 23 septembre 2018. « Aussi, a-t-il été reconnu le droit à la liberté pour chacune des parties, comme le prévoit la loi, de désigner librement ou de maintenir ses représentants : cinq pour la majorité parlementaire, cinq pour l’opposition parlementaire. En outre, il a été retenu au titre des partis extraparlementaires et de la société civile, que chacune des parties concernées copte trois, conformément au code électoral », avait précisé le Comité de suivi.

Malheureusement, il a fallu attendre un mois et demi et une troisième réunion du Comité de suivi délocalisée pour que cette décision connaisse un début d’application. Hier, les députés ont procédé à la nomination de Francis Pedro Amuzun au titre du 5ème représentant de la C14 à la CENI issu des rangs de l’opposition parlementaire. Cette nomination vient mettre un terme à une crise créée de toutes pièces par le RPT-UNIR et l’Union des forces du changement (UFC) pour perturber la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO.

En effet, UNIR et son allié ont bloqué l’intégration à la CENI des représentants de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Alors qu’il n’est pas un protagoniste de la crise, le parti de Gilchrist Olympio a refusé de se retirer de l’institution en charge de l’organisation des élections. Son argument, l’UFC serait toujours un parti politique de l’opposition même s’il est au gouvernement. Une thèse soutenue par Dama Dramani et ses collègues qui ont fait passer, le 22 octobre 2018 une liste en y retirant Francis Pedro Amuzun, ancien Vice-président de la CENI.

La C14 avait alors refusé de faire prêter serment ses représentants si sa liste n’est pas validé dans son entièreté. Une décision qui a payé puisqu’aujourd’hui, les 8 sont nommés par l’Assemblée nationale et la parité au niveau de la CENI acquise. Même si vigilance et rigueur sont requises de la population et des responsables de la C14 dans cette lutte pour la démocratie.

Pour rappel, les représentants de la C14 à la future CENI sont : pour les partis de l’opposition parlementaire : Atantsi Abalo Edem (ANC), Amuzun Assiongbon Ekpé (ANC), Teko Jean Jacques Folly (ANC), Awudi Kodzo Agbenyega (CAR) et Pessinaba Yamba (ADDI). Pour les partis extraparlementaires de l’opposition : Sibabi Boutchou (CDPA) et Sebab-Gueffe Tchah Tchassanti Nouridine (PNP). Pour la société civile : Kluvia Mateli Amatepe Seth APED-Togo (FCTD).

G.A.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page