Tuesday 10 December 2019
Sport

la 7è édition du Tournoi DUNENYO démarre ce dimanche à  Ahépé 

 

L’honorable Djissenou Kodjo invite les communautés à dépasser les clivages politiques pour bâtir ensemble leur cité

Le football unit les peuples. Pour preuve, lorsque les Eperviers du Togo joue, c’est tout le peuple qui est derrière son équipe sans distinction d’appartenance ethnique, politique ou de religion. On ne sait pas qui est de l’ANC, du CAR, d’UNIR, du MPDD et autres. C’est le cas également pour toutes les communautés. Le sport roi est un facteur de rassemblement. L’Honorable Djissenou Kodjo, l’un des acteurs de développement dans la préfecture de Yoto a manifestement compris ce que le football peut apporter à sa communauté. Ainsi depuis quelques années, à travers l’association DUNENYO, il organise un tournoi de football intercommunautaire qui porte le nom de l’association (Tournoi DUNENYO), trophée WOTCHA WODE.

Le tournoi DUNENYO est à sa 7e édition cette année. Son lancement est d’ailleurs prévu, ce dimanche 24 novembre à 13heures, sur le terrain du 24 janvier à Ahépé. Seize équipes réparties dans 4 poules à raison de 4 équipes par poule, prendront part à cette compétition. Ces équipes viennent aussi bien de la préfecture de Yoto que du Zio et du Golfe.

La 6e édition avait consacré l’équipe d’Agbélouve, au terme d’une finale très disputée, face à celle de Seva. Outre les enveloppes (500.000 et 300.000 F CFA) respectivement remises au vainqueur et au 2e, les équipes ont eu droit à des jeux de maillots, de ballons et autres. Pour cette nouvelle édition, l’organisation compte augmenter la cagnotte.

Mais au-delà de l’aspect sportif, ce tournoi est initié pour promouvoir le vivre ensemble entre les fils et filles d’une même communauté. Pour cette édition, le thème central est : « dépassons les clivages politiques et mettons-nous ensemble pour le développement de nos communautés ». L’honorable Djissenou Kodjo qui tient vraiment à cette thématique et au développement de Yoto compte jouer à fond sa partition. Pour lui, les fils de Yoto ont pris tout le temps à se diviser juste pour la politique politicienne alors qu’ensemble, tous les fils de Yoto auraient pu faire de cette préfecture, l’une des plus rayonnante du Togo. « Il est temps de dépasser ces considérations politiques, se mettre ensemble et construire la préfecture et le pays. Qu’on soit d’UNIR, du CAR, du MPDD, de l’ANC etc., nous sommes avant tout, des frères et sœurs et nous devront construire cette préfecture pour nos générations futures », a-t-il déclaré

 

Shalom