« Dokita », toi tu es encore là-bas ?

« Dokita », toi tu es encore là-bas ?

« Participer maintenant aux « locales » doit être considéré comme un recul, une démarche incohérente par rapport à l’affirmation de la volonté du peuple lors des législatives (…) Aller aux « locales », c’est permettre à cette dictature de continuer ses basses œuvres, c’est saboter notre lutte de libération, c’est oublier les innocents qui pourrissent dans les geôles de la dictature et c’est oublier nos martyrs et tous nos autres sacrifices ! ».

Ca, ce n’est pas notre bouche qui le dit, ou bien notre bic – hommage à Komi Klassou – qui l’écrit. Ces propos sont de « Dokita » Randolph, le plus vétérinaire des « cons patriotes » de la diaspora « gnassingbélandaise », qui demande aux électeurs de « réitérer l’exploit du 20 décembre pour faire avancer la lutte ! », en français facile, boycotter les élections municipales qui pointent leur nez.

« Dokita », « kilodé», qu’est-ce qui ne va pas, qu’est-ce qui n’a pas marché ? Toi tu es encore dans ça ? Vraiment, hum…Si seulement Randolph était au pays et voyait tout le show que font AK47 alias « quelqu’un laisse quelqu’un prend » et Tamara Taama depuis que le « p’ti » les a nommés « dépités», il n’allait pas prôner (encore) un boycott d’une élection au « Gnassingbéland » !

Quelque part, après avoir lu le truc, on s’est dit que ce n’est pas le « Dokita » lui-même, que sûrement son congolo a été piraté par un individu malveillant qui a écrit en son nom. Sinon on comprend bien que certains partis « kpolitiques » optent pour la non-participation à ce scrutin. Ils ont leurs raisons métaphysiques que nous autres on ne connaît pas. Certaines mauvaises gens racontent que pour certains, c’est l’horoscope qui leur a recommandé ça, pour d’autres, c’est le marabout, et pour d’autres encore, c’est la météo.

On sait que la vie est un choix et qu’en plus, le « Gnassingbéland » est en démocratie – en fait, ça dépend – et que chacun est libre de faire ce qu’il veut, pourvu qu’il n’empiète pas sur les droits et libertés de l’autre. Mais on n’arrive pas à comprendre que là où on « sont », pardon, est, des gens appelleraient encore les électeurs au boycott.

 A bien analyser, c’est même suspect, cet appel de « Dokita » Randolph. Certains proposent qu’on le psychanalyse pour voir s’il n’a pas des « l’intentions » cachées en appelant au boycott, comme lors des législatives. On dirait que ses véritables desseins, c’est de pousser encore les populations à laisser le pouvoir RPT/PUNIR se partager les sièges de maires aussi avec son opposition gentille. Bon, l’appel là-même, Dieu sait que c’est comme prêcher dans le désert occupé par des sourds muets aveugles…

Voici comment dame Kayi Lawson achète honteusement le vote des populations

Le régime maléfique RPT/UNIR qui a pris en otage le Togo depuis 52 ans ne changera jamais. Les membres de la minorité pilleuse tuent, assassinent sans pitié les Togolais pour peu que ceux-ci décident de réclamer leurs droits. Même les enfants ne sont pas épargnés dans leur folie meurtrière. Ils n’affichent un visage hypocritement et cyniquement humain que pendant les élections qu’ils fraudent d’ailleurs systématiquement.

Décidés à narguer et à mépriser les Togolais et les différents candidats engagés dans les élections municipales, ils se permettent de faire des dons aux populations en pleine campagne électorale, avec l’argent de ces populations qu’ils ont volé. C’est seulement au royaume des Gnassingbé qu’il faut voir ces méthodes ignominieuses.

Tenez, une délégation du parti UNIR, conduite par la Miss des députés godillots, dame Raymonde Kayi Lawson de Souza a sillonné, le vendredi 21 juin 2019, plusieurs mosquées de Lomé pour, dit-on, leur apporter le soutien du parti aux musulmans. En pleine campagne électorale. Ils leur ont apporté des kits de prières composés de lots de nattes et des aiguières ou gourdes d’ablution. Le geste vise, selon dame Kayi Lawson, à «contribuer à l’amélioration du bien-être de chaque personne et surtout à renforcer le système social ». Et c’est après 52 ans de règne sans partage et en pleine campagne électorale qu’ils ont pensé à améliorer le quotidien des populations. Il faut aussi rappeler que les fidèles musulmans ne cessent d’être terrorisés à cause de Tikpi Atchadam. Plusieurs mosquées ont été vandalisées, incendiées et les textes sacrés déchirés sans la moindre indignation ni compassion de dame Kayi et sa fameuse MFU (Mouvement Femmes UNIR).

Le lendemain 22 juin, la même délégation avec à sa tête la même dame a remis le couvert. Ils étaient à Totsi où ils ont distribué des kits à trois quartiers de la commune d’Aflao-Gakli (Totsivi-Gblenkomé, Soviépé et Djidjolé). « Au-delà de ce don, le message est qu’on veut une belle et grande commune qui est à l’image du Président de la République et de sa vision », a-t-elle dardé. On dit de faire campagne et eux ils distribuent des dons aux populations avec l’argent des Togolais.  Si seulement la honte pouvait tuer ces gens-là ! 

On aura tout vu dans cette campagne

Les opérations de charme se poursuivent pour le compte des élections locales du 30 juin prochain. C’est la haute saison des promesses surréalistes que même le Saint Esprit aurait du mal à tenir. Mais les candidats, pour parvenir à se faire élire juste simple conseiller municipal promettent monts et merveilles et vont parfois au-delà de l’imaginable. Certains promettent même déjà de transformer les communes charcutées de Lomé la « belle poubelle » en cité balnéaire. Tchiééé !

Les candidats font voir de toutes les couleurs aux populations. Le ton a été donné au tout début de la campagne sur les réseaux sociaux, avec la déferlante des affiches des listes et des candidats. Ce show a laissé des traces et a révélé l’immense talent des infographes. Sur le terrain,ce sont ceux qui ont les moyens qui séduisent et mobilisent. Ceux qui ont bricolé pour former des listes à la va-vite se contentent de faire du porte-à-porte.

Au RPT-UNIR, la campagne est bien épicée, surtout au niveau de la cité des 7 collines. Là-bas, il y a plusieurs listes pour le parti au pigeon-manchot.  Et quand les camps se retrouvent face-à-face, bonjour les dégâts.Ils se rentrent correctement dedans. Au lieu de distribuer des prospectus aux électeurs, ils distribuent des coups de poing et de pieds. Il se raconte que la tête de liste dame Kouigan a dû faire 100 mètres à la UsainBolt pour se mettre à l’abri. « KossiAbokalamité » lui, est devenu distributeur de brouettes et autres, on dirait qu’il est en concurrence avec dame 2X5 de Badougbé.

AK228, dans sa ferme de Danyi, joue à l’Abbé Pierre et distribuegracieusementdes liasses de 5000 dans son palais d’honorable député-nommé. Il aurait même fait don d’un «millignon» de francs à l’église de la localité. Ah si on veut manger conseiller municipal, il faut mettre la main à la poche et à la pâte. 

Tout n’est pas aussi orange pour le président de la rue-publique. A Sokodé, certains esprits agités l’ont bousculé et l’ont sommé de ne pas remettre les pieds dans la ville assiégée. 

Plus cocasse, certains candidats ne maîtrisent pas véritablement les ressorts territoriaux de leur commune. Avec ce charcutage des communes, certains débordent et vont battre campagne dans des communes qui ne sont pas de leur ressort…C’est ça aussi le « Gnassingbéland ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 8 =