Sunday 26 January 2020
Actualites

Interview d’Agbéyomé Kodjo/« Seul l’amour présidera notre gouvernance qui sera plurielle et inclusive… »

 

Messan Gabriel Agbéyomé Kodjo est incontestablement l’un des acteurs politiques togolais actuellement sous le feu des projecteurs. Depuis sa désignation comme candidat unique de l’opposition par la dynamique de Mgr Philippe Fanoko Kpodzro, ce dernier essaye de convaincre qu’il est l’homme de la situation. Certes, il est conscient que la tâche ne sera pas aisée pour lui, mais compte sur son expérience et son sens élevé de l’amour de la patrie pour ratisser large et avoir l’alternance en 2020. Nous l’avons approché et il nous livre son état d’âme et ses prochaines actions pour consolider et élargir la dynamique unitaire de l’opposition.

 

 

Bonjour Dr Agbéyomé Kodjo et merci d’avoir accepté de répondre à nos questions. Nous sommes en début d’année et comme le veut la tradition, quels sont vos vœux pour vos compatriotes pour cette année 2020 ?

Avec foi, je présage une année 2020 pleine de grâces pour toutes les Togolaises et tous les Togolais. Plaise à Dieu que les écluses célestes déversent davantage de bénédictions sur la Terre de nos aïeux afin qu’elle rentre enfin dans sa gloire prédestinée d’Or de l’Humanité ! Tout indique que les plus belles pages de l’histoire commune du Peuple togolais vont commencer par s’écrire avec l’avènement de l’alternance en cette année 2020.

2020 est une année électorale au Togo et vous avez été investi par votre parti le MPDD et récemment désigné comme candidat unique de l’opposition à l’initiative de la Plateforme Mgr Phillipe Fanoko Kpodzro. D’abord dans quel état d’esprit se trouve aujourd’hui le candidat Kodjo ?

C’est avec humilité et gravité que j’ai reçu la confiance du MPDD et de toutes les parties prenantes de la dynamique de Monseigneur Kpodzro. Je suis serein et convaincu qu’en rassemblant toutes les forces actives dans notre pays avec un leadership avisé et pragmatique, nous pourrons transformer notre pays et offrir la prospérité partagée à tous nos concitoyens.

Selon certains, le prélat vous a imposé aux autres. N’est-ce pas le premier handicap qui risque de vous desservir ?

Je voudrais rappeler que c’est à l’issue d’un long processus d’exploration, de conciliabules, de concertations diverses et suivant des modalités rigoureuses de désignation que Monseigneur Philippe Kpodzro aidé d’un collège de sages, m’a désigné comme candidat unique de l’opposition pour l’élection présidentielle de 2020.

Je remercie et salue le courage et la lucidité, mais aussi le sacrifice des forces démocratiques, notamment la C14 ainsi que ceux de tous les candidats et autres acteurs de la dynamique de Monseigneur Kpodzro, pour leur ferme soutien en vue de l’avènement de l’alternance politique au Togo en 2020.

Quelles seront les premières initiatives que vous entrevoyez pour ratisser large ?

Plaçant ma candidature sous le signe du rassemblement et de la gouvernance plurielle, nous sommes dans la dynamique de rassembler tous les leaders politiques, la société civile, la jeunesse, la presse, bref, toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté autour de notre candidature. J’appelle aujourd’hui toutes celles et tous ceux qui dans notre pays croient en la capacité de résilience de notre peuple, en sa force de surprendre, à se mobiliser massivement pour répondre les prochains jours à notre appel à la transparence électorale pour la vérité des urnes au Togo.

 

Vous parlez aussi d’un programme commun avec les forces démocratiques. Or nous sommes à quelques semaines des élections. Ne pensez-vous pas que le temps joue contre vous ?

Notre offre programmatique intitulée « Ensemble pour la Refondation du Togo » aujourd’hui doit intégrer les « 25 mesures phares du projet de société » de M. Gamessou Kpodar et les propositions du reste des partenaires de la dynamique de Monseigneur Kpodzro. Une concertation des forces démocratiques est prévue dans les prochains jours et ce sera l’occasion de nous entendre sur les grandes lignes du programme commun de la gouvernance plurielle du Togo.

Je tiens à relever que j’ai eu un débat interactif très riche de 03 heures durant le 04 janvier 2020 avec la Coordination internationale de la dynamique de Monseigneur Kpodzro résolument engagée à œuvrer à la réussite de leur mission en vue de l’alternance au Togo. C’est dire que nous sommes dans une dynamique collective avec la diaspora togolaise pour la réussite de notre mission à laquelle Monseigneur Kpodzro attache un intérêt particulier.

Une question qui fâche. Vous dégagez l’image d’un personnage controversé dans l’opinion. Pensez-vous que vous pourrez faire tomber ces clichés en un temps record ?

Toute vie d’homme est faite d’erreurs et de choix avisés qui tissent la trame de son évolution. Et la mienne en tant qu’homme politique ne fait pas exception, ce que j’ai déjà affirmé à maintes reprises. La vérité historique est là et les preuves des résultats de ma gouvernance passée aussi. Tout ceci contraste avec les accusations fantasmées. Un travail de communication pédagogique s’impose et nous nous y attelons.

Lors de mon adresse à la Nation du 03 janvier 2020 à l’occasion des vœux du nouvel an, en toute humilité, j’ai réitéré ma demande de Pardon au Peuple togolais pour des propos voire actes posés lors de mes responsabilités antérieures et qui ont blessé certains de mes compatriotes.

Comment comptez-vous aborder la campagne électorale ?

Comme mentionné plus haut, la Coordination internationale de la dynamique de Monseigneur Kpodzro travaille en parfaite synergie avec nous qui sommes sur le territoire national, et c’est une force  collective enclenchée en vue de la mobilisation de toutes les filles et de tous les fils du Togo tout entier pour la fin de la dictature. Il s’agira pour la prochaine élection présidentielle d’un véritable référendum avec une question simple : souhaitez-vous offrir à Faure Gnassingbé un quatrième mandat ?

Nous mènerons une campagne de proximité axée sur le tryptique Transition-Constituante-Refondation du Togo aussi bien sur le territoire national que dans la diaspora, et fédérerons toutes les compétences et les énergies au service du bien commun.

Nous proposerons aux Togolais nos mesures d’urgence intitulées «Les Douze Phares de la Transition » en vue du retour de la confiance dans le pays pour une République qui protège et qui libère les énergies et les talents, une République ouverte à la créativité de sa jeunesse, à l’émancipation de la femme, à l’innovation et à la compétitivité; une gouvernance rigoureuse fondée sur l’éthique avec la réduction significative du train de vie de l’État qui impactera l’ensemble de l’économie nationale, une diplomatie visionnaire soucieuse de faire du Togo un pôle géopolitique et géo-économique majeur en Afrique.

Votre position par rapport à une nouvelle candidature de Faure Gnassingbé ?

Un homme politique doit respecter la parole donnée, sinon il est décrédibilisé et personne ne lui fera confiance. Faure Gnassingbé a affirmé que pour que la démocratie s’enracine en Afrique, deux ou trois mandats suffisent.

A ce jour, il a effectué trois mandats, par conséquent, pour être cohérent avec lui-même, il devra renoncer à se présenter à la présidentielle de février 2020.

 

Votre mot de fin ?

Le tournant auquel est actuellement parvenu notre pays le Togo nous invite tous à un sursaut patriotique en vue du rassemblement de toutes les forces derrière ma candidature pour mettre fin en cette année 2020 à la dictature monarchique. Notre objectif premier est l’avènement du tryptique Transition-Constituante-Refondation du Togo en vue du retour de la confiance dans notre pays pour une véritable réconciliation nationale.

Nous rassurons toutes les composantes de la République que seul l’amour présidera notre gouvernance qui sera plurielle et inclusive, vertueuse et fondamentalement axée sur l’intérêt supérieur du Peuple togolais.

Dieu veille sur nous et soyons résolument confiants que 2020 est l’année de notre délivrance collective.

Je vous remercie.

Interview réalisée par Shalom A

Shalom